Conter pour du beurre

Je me souviens, un jour que je travaillais au Cri de l’Ormeau, je revenais d’un reportage en Centre-Bretagne sur l’influence du hip-hop sur la lactation des truies hors-sol, quand je fus pris soudain de l’envie irrépressible d’une tartine de beurre salé. Je m’arrêtais alors près d’une ferme isolée, entre Saint-Coulibiac et Plouyana-Ploucébonc’h, et m’en fus frapper à l’huis de ladite longère. Continuer la lecture de « Conter pour du beurre »

Et si Mozart avait connu le blues ?

Je me souviens, un jour, alors que je travaillais au Cri de l’Ormeau, rentrant d’une mission d’investigation culturelle un peu spéciale, harassé, je décidais d’aller boire un café dans le village de St-Sulpec que je traversais alors. J’en profitais pour laisser 3-4 Cri de l’Ormeau sur le comptoir, histoire d’affranchir les St-Sulpécois qui n’en avaient probablement jamais entendu parler. Eh bien si, il y en avait au moins un.

Continuer la lecture de « Et si Mozart avait connu le blues ? »

Le Confinovirus

Un virus d’un type tout-à-fait nouveau crée une pandémie générale : le Confinovirus. Il s’agit d’un virus de type social, genre sociétal. Il serait issu d’une mutation du virus Agoraphobie, et non pas, comme certains l’ont cru au début, du virus Misanthropie. Ce violent virus provoque une maladie appelée Sociovid 20-20. Continuer la lecture de « Le Confinovirus »

La vie râle

En 2020 le monde prend un viral à 180°, en redoutant que ça vire à l’aigre, passant d’une vie râleuse à une vie ralbol, jusqu’à ce qu’on vît rallumer la flamme de l’espoir. Comme le disent les Allemands, quand le navire allemand chavire à l’envers, « Sind wir alle verloren ? ».

Ravir à l’un ce que l’on doit servir à l’autre c’est l’assouvir à l’aise au lieu de l’asservir à l’encontre du malheur qui va sévir à l’aube.

Chantons ensemble cet hymne international « C’est la lutte virale, confinons-nous et demain, que ne soit pas fatale la fin du genre humain ».

Ne pas confondre culture hors-sol et culture hors-mots

En ce jour où aurait dû sortir Le Cri de l’Ormeau d’avril, qui bien sûr ne paraîtra pas, je tiens à lui rendre hommage, ainsi qu’à la belle équipe qui en a pris les rênes depuis mon départ.

Ormeauphiles, ormeauphobes, ormeaumanes, ormeaupathes, ormeaunautes, ormeaulogues, ormeausophes, ormeausceptiques, ormeauculteurs, ormeausexuels, ormeauthétiques, ormeauricains, voici la question : comment se faire comprendre hors mots ? Continuer la lecture de « Ne pas confondre culture hors-sol et culture hors-mots »

Uderzo à Saint-Brieuc

Sachant qu’Albert Uderzo, décédé le 24 mars 2020, avait vécu quelque temps à St-Brieuc pendant la guerre, je me suis permis de l’utiliser dans mon roman Le Semblant (en librairie depuis le 25 juin 2019). J’ai imaginé qu’il y avait rencontré Louis Guilloux et Albert Camus.

(…)
– Uderzo : Alors ça c’est extraordinaire ! Je me retrouve à un repas en compagnie de Louis Guilloux et Albert Camus ! On ne me croira pas à Paris !
– Guilloux : Remettez-vous mon cher ! Ce sera peut-être nous un jour qui serons honorés de vous avoir connu. Albert, sais-tu que ce jeune homme a un grand talent de dessinateur ? Je lui prédis un bel avenir. Quel âge avez-vous ?
Continuer la lecture de « Uderzo à Saint-Brieuc »

La vie est un rond-point ???

Il y a quelques semaines on parlait beaucoup des ronds-points. Maintenant les ronds-points sont désertés, et pas qu’eux. Et on tourne en rond dans nos confinages. Occasion de faire le point ?

Il y a longtemps que j’ai envie d’écrire quelque chose sur les ronds-points. J’ai pensé à un beau poème en alexandrins qui s’appellerait La complainte du rond-point, ou alors un conte Le rond-point a des états d’âme. Continuer la lecture de « La vie est un rond-point ??? »

Hortus deliciarum

Voici un texte écrit à une époque faste (comparativement) pas si lointaine. En guise d’armoriculture, nous traversons en ce moment un désert, mais nous en sortirons bien un jour, et mes conseils armoricoles vous serviront alors.

C’est le printemps, profitons-en pour rappeler ici quelques notions d’armoriculture, qui, rappelons-le, est la pratique de faire pousser de l’art vivant en Armor. Continuer la lecture de « Hortus deliciarum »

Toussaint en mars

Voici, en vrac, quelques noms d’aventures culturelles disparues depuis le début du XXIè siècle. Les morts aiment bien qu’on se souvienne d’eux parfois, ces hommages leur confirmant qu’ils ont eu une existence. Bien sûr d’autres manifestations culturelles sont aussi nées pendant cette période.
En cette année 2020, beaucoup d’autres sont malades, Continuer la lecture de « Toussaint en mars »

Et la culture, Mesdames et Messieurs candidat.e.s ?

La culture n’est pas très présente dans les programmes des listes électorales municipales. Pourquoi ? Ça ne semble être un sujet très porteur en voix ? Ça n’intéresse pas grand monde ? Ça ne semble pas prioritaire par rapport aux réels grands problèmes actuels Continuer la lecture de « Et la culture, Mesdames et Messieurs candidat.e.s ? »

Le secret du bien-vivre-ensemble enfin révélé

En cette période électorale, on constate que la culture est loin d’être dans les préoccupations dominantes de nos candidats. Ils ont peut-être tort. Désintérêt ? Inutilité ? Sujet peu porteur électoralement ? Economie négative ?

Un peu de science-fiction.
Nous sommes en 2030. Continuer la lecture de « Le secret du bien-vivre-ensemble enfin révélé »

Parier sur la parité

Mars, c’est le mois du printemps, des femmes, de la poésie. Tous les ans ces balivernes reviennent, on appelle ça des « marronniers » dans la presse. Eh bien puisque ce sont des marronniers, dont la saison est l’automne, je vais parler, par pur esprit de contradiction, de l’automne, des hommes, et le faire de façon triviale. Continuer la lecture de « Parier sur la parité »

Les femmes viennent de Mars

8 mars ? En 1917, c’est le jour où des femmes russes ont fait grève et manifesté pour « du pain et la paix », ce qui a marqué le début de la révolution russe. D’autres journées des femmes avaient eu lieu avant 1917, mais c’est ce jour qui a été retenu internationalement pour commémorer la cause de l’égalité des femmes. Continuer la lecture de « Les femmes viennent de Mars »

L’art est complexe !

Du 7 au 23 mars ce sera le Printemps des Poètes.

Quand je dis que j’ai du mal à comprendre la poésie, que donc apparemment je me tire une balle dans le pied en m’ôtant toute légitimité à parler d’une œuvre poétique, c’est bien sûr une figure de style, dont le sens subliminal est à lire en petits caractères entre les lignes de mes gros mots. Continuer la lecture de « L’art est complexe ! »

Voulez-vous faire l’humour avec moi ?

Quand je m’exprime, il m’arrive d’utiliser, à des doses pas toujours homéopathiques, un procédé, connu de certains mais pas de tous, dénommé « humour ». Sauf dans certains cas, graves, où l’humour ne me vient pas (par manque de courage, d’outrecuidance, de distanciation ?). Continuer la lecture de « Voulez-vous faire l’humour avec moi ? »